À la croisée des silences

À la croisée des silences

Chloé la belle, la touchante, la drôle, la petite, la grande… Entourée de deux musiciens hors-pair dans l’Art de créer des ambiances pour Chloé Ste-Maire et là c’est autour des textes de poésie d’auteurs québécois : Gauvreau, Desbiens, Lapointe, Binamé, Roy, Giguère, Gauthier, Dupré… 23 chansons qui inspirent cette femme généreuse. Et les arrangements de Réjean Bouchard, guitariste hallucinant et Gilles Tessier, multi-instrumentiste non moins tripant.

Vendredi soir 29 janvier, 20 h 05, le show a commencé dans le Théâtre de la Ville, à Longueuil. Bien assis j’étais heureux à l’idée de penser que j’étais là sortant de chez moi, pour me retrouver dans un autre monde, plus fantastique. Des éclairages tantôt tamisés, tantôt plus brillants qui nous laissaient voir 3 être humains de qualité qui propageaient la poésie à l’aide de leurs instruments de musique et de leurs voix, dans un espace-temps qui a, en réalité, duré 105 minutes non-stop. Mais qui me parut n’être qu’une petite demi-heure. Quand on dit que le temps passe vite en bonne compagnie, hier c’était un des plus beaux exemples à ce niveau.

Entre les applaudissements et la Chloé qui reprenait de plus belle, un texte, un peu de jasette avec nous et de la musique sublime… des silences de la foule qui était venue la rencontrer. Et elle était disponible à tous ces gens, pendant le spectacle, de sa présence illuminée sur scène, comme dans la pièce à l’entrée de la salle où elle signait des autographes sur son livre qui contient 34 poèmes et deux cd sur lesquels on peut entendre l’intégrale du show. J’ai ma copie signée et l’ami qui m’accompagnait a aussi son livre signé. Chloé a accepté de prendre une photo avec Alain et c’est avec son plus beau sourire et ses remerciements qu’elle nous quittait pour aller jaser avec d’autres spectateurs. Elle prend le temps, elle a le regard vif (elle a de ses yeux qui vous regardent profondément) et la parole pour nous, se disant touchée que nous ayons apprécié…

Ils ne sont que deux musiciens qui accompagnent Chloé sur scène, mais ils sont efficaces. Aucune programmation de séquences, ils font tout. Guitare classique, acoustique, électrique avec des effets que je dirais sonner comme du Genesis par bouts : delay, e-bow (archet electronic) qui donne l’impression de violons électriques qui sont sur le bord de distortionner… Du «tone» qu’on dit en langage de musiciens : ça ne sonne pas petit, ça sonne large, pesant, doux… la dynamique est des plus professionnelle. Un bass drum au pied droit de Gilles Tessier, des pédales de bass-synth au pied gauche, pendant qu’il joue de la guitare et chante… Pendant que Réjean Bouchard joue de la guitare et a l’air de taper du pied, mais c’est pour activer les toms ou des sons de clavier. Claviers aussi, et de la basse et des percussions. N’importe quel musicien ne peut qu’applaudir ce genre de performance.

Revenant à Chloé, elle est magnifique. Elle est tantôt comme une petite fille, plus tard elle redevient femme et chante avec colère de magnifiques textes, bien choisis. Puis, elle s’assoit et elle nous raconte une anecdote qui fait rire tout le monde. Elle nous dit que la prochaine fois, nous chanterons tous ensemble un texte bien ficelé et elle rit, nous aussi. Moi je ris, j’ai les yeux mouillés aussi par bout : une chorale arrive de nulle part et chante avec puissance, avec les trois comparses : énergie qui se transfère à la salle qui applaudit et se tait aussitôt que Chloé réapparaît dans les éclairages : on sait qu’elle nous parlera, qu’elle récitera, qu’elle nous touchera !

Touché, c’est le mot finalement. Encore ce matin, j’ai de beaux souvenirs de cette soirée. Pour une heure et trois quarts non-stop de poésie lyrique, musicale, mouvementée (elle bouge la Chloé) qui nous tient en haleine tout au long de cet espace-temps, ça vaut le déplacement… Elle sera sûrement près de chez vous dans les prochains jours/semaines. Pour le savoir, sur son site http://chloesm.com/  Pour ceux qui pensent que ce n’est pas une chanteuse, plutôt une femme de théâtre, de cinéma ou la femme de Gilles Carle, vos préjugés pourraient tomber si vous preniez le temps de visiter cette femme qui a beaucoup de puissance dans la voix et de l’énergie bien en masse.

Ah, je ne vous ai même pas parlé de la scène, des éclairages, du décor ? Simples. Comme une forêt de bouleaux au-dessus d’eux et beaucoup de rouge couleur passion, de bleuté. Quand elle récite, on la voit un peu comme embrouillée. Pendant qu’elle chante et qu’elle bouge, on la voit très bien et entre les deux, des coupures différentes : fermetures lentes (fade-out), sec (black out) ou avec un autre effet de fade qui nous laisse voir le haut de son corps parce qu’elle va s’adresser à nous. Le son, c’est pareil : dynamiques qui supportent la chanteuse, qui la drivent aussi, qui nous donnent l’impression qu’elle flotte sur la musique…

Chloé Ste-Marie, mon Dieu, découvrez-la donc. C’est une grande artiste. Sortez un peu de votre zone de confort où le pop vous dicte sa façon de faire et redécouvrez la poésie et la musique contemporaine, laissez tout ça aller toucher vos fibres les plus sensibles. Vous trouverez sûrement comme moi, que le temps passe trop vite en bonne compagnie. Merci Chloé, Gilles, Réjean ! 

PS : je vous mets une vidéo du show précédent (en Innu) Nitshisseniten E Tshissenitamin (Je sais que tu sais) que j’ai vu en 2011, avec ma fille qui avait presque 19 ans. Et cette jeune femme est devenue une fan de Chloé. Prenez le temps d’écouter avec des headphones, ça sonnera toujours mieux… 😉 Laissez-vous aller à ne rien penser… Bonne écoute !

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L’ADN, je l’ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *