À un ami qui souffre

À un ami qui souffre.

Avez-vous déjà connu une vraie peine d’Amour ?

J’apprends ce matin, qu’un ami a de la peine. Son amoureuse est partie après 36 ans de vie de couple... Ça me touche sérieusement. Je sais ce que c’est, sentir que l’autre veule nous quitter et qu’elle le fasse…

J’aurais bien voulu passer ma vie avec la même personne, qu’on vieillisse ensemble et qu’on finisse nos jours avec les mêmes étincelles dans les yeux. Je n’ai peut-être pas trouvé la bonne personne et/ou je n’étais peut-être pas la bonne pour elles, mais ça m’est arrivé plus d’une fois. Quand j’y pense, j’ai pourtant une relation de plus que j’ai eu de séparations. Et c’est le moment présent qui compte pour moi. 

Mais quand ce moment présent était une séparation, j’aurais voulu vivre dans le passé, j’aurais parfois eu le goût de ne pas me réveiller le lendemain. J’aurais voulu trouver où tout a commencé à débouler vers la porte de sortie du couple. Porte qui ne laisse passer qu’une personne à la fois et qui mène on ne s’est jamais où. Vers une autre relation ? Vers une courte ou une longue période de noirceur ? Vers des idées encore plus sombres ? Rarement vers la paix, au début, surtout quand on est celui qui ne souhaitait pas que ce jour arrive.

Puis, il y a tout autour. Des gens qui vont partir des rumeurs, qui vont avoir un parti pris. Qui vont mettre la faute sur un plus que sur l’autre. Une séparation implique deux personnes, habituellement, non ? Des années de vie commune où chacun a ses attentes, où chacun comble celles de l’autre. Finies pour mon ami ce matin et il est triste, il a peur de demain et je voudrais le consoler, en sachant bien que personne n’est à l’abri d’une désunion.

Pourquoi on se lasse et on se laisse ? Une seule hypothèse je donnerai, mais il y en a d'autres bien sûr et elle est non prouvée scientifiquement ma supposition. Elle ne s'adresse pas à mon ami non plus. Pourquoi celle-ci alors ? Parce que... Bien, je vois beaucoup de couples où les Air Lousses s'échangent... Mais ça ne me regarde pas, tant que les gens sont heureux. Enfin, vous voulez que j'expose ? Bon... 😉 

Je pense qu’on oublie parfois qu’avant d’être en couple, on est seul. On a ses habitudes de vie, chacun de notre côté. Puis on s’unit et on ne voit plus ses chums de gars ou de filles qui sont encore seuls. Pourtant, y a-t-il du mal à avoir ses soirées de gars ou de filles comme dans le temps ? Puis, se retrouver en couple, en groupe, en famille…

Certains couples vivent en symbiose, incapables de laisser l’autre s’éloigner trop longtemps, trop loin. Et on entend que UN plus UN, ça fait UN… Je dirais plus que la douce-moitié serait plus juste à calculer, mathématiquement parlant. En maths, la science démontrera toujours que UN plus UN font deux. On va y aller avec des exposants pour rendre plus compliqué ou plus concret, selon votre genre. TOUS les chiffres, que ce soit 1-2-3-4-5-6-7-8-9 à la ZÉRO, donneront 1. Si nous sommes 2, mais qu’il n’y a rien qui nous unit vraiment, c’est comme 2 º = 1. On se sent seul, on se retrouve seul, on serait peut-être mieux seul alors. Pas trop perdus ?

Je reviens à mon ami qui s’aligne vers une séparation après 36 ans de vie commune. Comme on dit en musique : «the show must go on» ! Et il est retourné au travail, comme si rien n’avait changé. Il a besoin d’aller prendre des marches pour se retrouver seul, probablement incapable de pleurer en public... Ouais, sinon la clientèle changerait de place devant des braillards. Il va donc libérer un peu de peine, à l’abri des regards et il revient faire son travail en essayant d’avoir l’air aussi cool que d’habitude. Et il s’imagine probablement retournant chez lui pour se retrouver seul, sans celle qui était avec lui lors des 36 dernières années… Et son coeur traînera dans la boue. C’est de même que je l'imagine, mais c'est comme ça que j'ai vécu des ruptures. Mais pas 36 ans ; Ayoye ! 

Et l’autre, celle des deux qui laisse, on a souvent l’impression qu’elle fait ça avec plaisir, que tout est plus facile pour elle. Il se peut que cette personne souffre autant que l’autre, si elle a vraiment aimé la personne qu’elle veut quitter. Différemment dirons-nous. Je ne peux dire, je n’ai jamais réussi à quitter quelqu’un : je suis trop fin ou pas assez courageux, à la limite j’étais dépendant affectif... 🙂  

Aujourd’hui, j’ai de la peine pour mon ami. Je le sens attristé et c’est bien assez pour que j’aie de la peine avec lui. Elle quitte le bateau… Il risque d’y avoir de la houle et des vagues gigantesques pour un et/ou pour l’autre. Les eaux calmes, ce n’est pas pour demain, je crois…

Mon ami, je te souhaite tout le courage possible pour passer à travers cette épreuve. Mes oreilles sont là pour toi, ma bouche restera fermée si tu le désires, si tu as envie de parler : la parole qui libère… Je souhaite que la paix s’installe rapidement en toi. Je serai là, prends soin de toi, personne d’autre ne le fera mieux que toi-même. 

Et SI, s’il y a des gens qui aiment partir des rumeurs ou qui sont voyeurs, qui aiment le potinage autour des histoires de couples qui se défont… S’il y en a parmi vous qui me lisez, sachez que «la douleur morale est plus déchirante que la douleur physique :  le deuil, la séparation, l’abandon, le rejet sont des maux capables de causer les pires ravages MÊME CHEZ LES PERSONNES FORTES !». Ce n’est pas de moi, mais personne n’est à l’abri, qu’on se le dise.

Mon ami, je suis là si tu as besoin et si personne ne t’a encore dit qu’il t’aimait aujourd’hui, moi je vais te le dire : je t’aime. Et tu es important pour plein de gens, prends soin de TOI !

 

Photo de Stefania Rossi, photographiste.

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

8 Commentaires

  1. Ton texte est très touchant Daniel. On sent toute la compassion dont tu fais preuve envers cet ami. J’imagine l’ampleur de la peine et ça me chamboule le coeur. Il a de la chance de te savoir tout près, cet ami.

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Allô Susie ! Je suis content de te lire. J’ai de la chance d’avoir d’aussi beaux et bons amis autour de moi, je vais prendre soin de ces amitiés importantes. Merci, repasse quand tu veux mon amie. xx

      Laisser une réponse
  2. Oui mon Dan ..j’imagine que ça ne doit pas être facile.On n’est pas s’en y penser même moi après 41 ans…Beau texte

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Merci Martial mon ami ! Non, je ne pourrais t’imaginer sans ta Madeleine. 🙂

      Laisser une réponse
  3. Très touchant , d’une réalité déconcertante… Ça nous replonge dans cette existence difficile à vivre. Cet ami est chanceux d’avoir une personne comme toi. Tu peux le comprendre et simplement l’accompagner dans sa douleur que seul le temps pourra soulager …

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Merci Alain ! Oui, malheureusement dans ces moments, seul le temps fait le travail et il est long parfois, souvent ce temps alors…

      Laisser une réponse
  4. Très beau texte… et oui ce n’est pas plus facile laisser quelqu’un… c’est même très difficile!

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Bonjour Priscillia ! J’ai tenu à mentionner que ça ne doit pas être facile des deux côtés et ça doit être difficile, parce que je n’y suis jamais arrivé, même en sachant que le couple n’allait nulle part : manque de courage ? Peur de blesser ? Tout ou tard, y en avait un qui devrait prendre une décision… Merci de laisser ton commentaire.

      Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *