Bonne fête Mom !

Bonne fête Mom !

Ma mère aurait eu 81 ans demain. J’y pense depuis quelques jours. Le 16 février est une des dates les plus imprégnées dans ma mémoire des chiffres et des nombres et il y en a des chiffres et des nombres dans ce cerveau qui les aime.

Le 16 février est une date qui restera sûrement à jamais dans ma mémoire puisque ma mère, c’est ma mère. On en a qu’une, elle a beau avoir «disparu» de ma vie, elle sera présente éternellement quand certains moments feront que je me rappelle que…

Ma mère ne m’a JAMAIS jugé. Elle m’a TOUJOURS encouragé à faire ce que je voulais faire, même si pour d’autres, je me dirigeais vers des terres inconnues, des terrains glissants, de l’insécurité financière (la musique par exemple). Elle avait confiance en son Dan, je le sais aujourd’hui. Parce que j’ai passé un bout de ma vie à croire que mes parents ne m’avaient pas enseigné la confiance, quand je me sentais perdu. Maintenant, en sachant qu’ELLE avait confiance en moi, ça été la meilleure façon de m’enseigner celle-ci…

Comme elle m’a enseigné aussi le goût de la musique. Pour plein de gens qui me connaissent, si j’ai fait de la musique, MA passion, c’est que mon père en jouait. Je ne lui enlèverai pas le fait qu’il ait pu me donner le goût de jouer du piano, car tout jeune on apprend plus par ce que l’on voit ou observe que de n’importe quelle autre manière. Mais tout petit, aussi loin que je me souvienne, je me revois dans la chambre de mes parents : un tourne-disque sur le lit fait tourner des chansons de Benny Goodman, Louis Armstrong et autres jazzmen du temps et j’entends ma mère chanter ou fredonner ces airs de jazz, de blues…

Elle me disait que plus jeune elle avait chanté avec un groupe de musiciens Noirs. Pour moi, c’était comme une gloire de le savoir, de vous l’écrire aujourd’hui. J’ai eu la chance de jouer une fois avec une chanteuse et des musiciens Noirs et je vous jure que je m’en souviens. Le groove n’était pas le même. Imaginez-vous maintenant dans les années 50, une blanche avec des Noirs, sur une scène… Faut avoir quelque chose dans le sang pour partager les planches avec ces maîtres du Soul, et je suis le sang du sang de ma mère, j’en suis fier…

Ma mère écrivait des chansons et elle envoyait tout ça à Ottawa pour avoir les droits d’auteur. J’étais le premier à lire ces textes, je suis même peut-être le seul à en avoir vu quelques-uns aussi, parce que ma mère était humble et qu’elle faisait ça pour son plaisir. J’étais le premier, parce que lorsque venait le temps d’envoyer lesdites chansons, ma moman me demandait de les écrire au propre. Voyez-vous, elle était gauchère et avait une 4e année primaire et comme vous savez, dans ce temps, les gauchers se faisaient chauffer les doigts par les baguettes de bois des enseignants qui voulaient des droitiers… Ma mère écrivait donc des mots difficiles à lire pour quiconque ne l’avait jamais lue. Et ça me faisait un petit velours qu’elle trouve que j’écrivais assez bien pour mettre ses chansons au propre… J’ajouterai que pour une femme qui n’avait qu’une quatrième année primaire, je n’ai pas vu souvent de fautes dans ce qu’elle écrivait et il n’y a jamais eu de correcteur dans des applications : elle s’appliquait !

Gauchère elle était. Gaucher j’aurais voulu être. J’ai toujours trouvé que les gauchers avaient un style propre à eux. En grandissant, quand je voyais une fille écrire de la main gauche, elle avait une longueur d’avance dans mon cœur, c’est fou hein ? Quand je voyais des lanceurs gaucher au baseball, je les trouvais tellement élégants que chez moi, dans la cour, je m’exerçais à lancer de la gauche, pour être certain que je n’étais pas droitier : peine perdue ! Mais, je peux vous dire que je fais tout ou presque de la gauche : ouvrir un pot, tourner une poignée de porte, prendre quelque chose dans ma main, tenir ma cigarette… Ma droite me sert pour écrire, lancer. Même quand je me suis battu, et oui dans le sport j’ai laissé tomber les gants, je laissais partir ma gauche. Je suis droitier au golf, gaucher au hockey et ambidextre au baseball. Une mère, ça vous marque comme ça j’imagine…

À ses funérailles en juillet dernier, ma sœur a chanté «Une mère» de Lynda Lemay et je l’ai accompagnée au piano. C’est fou comme cette chanson m’a fait du bien et m’a fait réfléchir sur ce que moman a pu faire pour nous. En plus, la fin de sa chanson est pareille à la fin de la vie de ma mère… Si vous l’entendez, vous verrez le bébé de la famille qui ferme la porte…

Moman, sinon Mom (je ne l’ai jamais appelée autrement) bonne fête, où que tu sois ! Love you mom, tu le sais j’en suis sûr, même si par bouts je ne l’ai pas toujours démontré…

PS : la photo que je vous mets d’elle (tout en haut) n’est pas des plus claires, elle date. Mais c’est ma préférée. Ma mère et son look bohème, avec mon oncle aussi parti, celui que j’aimais le plus. J’espère qu’ils s’amusent ensemble là où ils sont.

bonnefete-mom_500x452

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

4 Commentaires

  1. Coucou Dan, on voit d’où vient ton intensité 🙂 Bravo pour ton excellent texte…. Et une pensée pour ta maman…

    Laisser une réponse
  2. Bravo pour ce texte. Y’a encore des choses que j’apprends sur Anna, je l’aimais beaucoup.
    J’ai eu du plaisir avec elle, elle était drôle à ces heures. Je suis souvent allé prendre une bière au bar du café André juste pour placoter avec elle. Quand j’arrivais elle me disait: tiens mon beau Ronny qui vient voir sa tante Anna et elle m’embrassait sur chaque joue qu’il y ait 1 ou 100 clients c’était comme ça. Quand je partais je la saluais en disant : bon bien moi j’y vais on se revoie. Bye Ronny compte pas les tours qu’elle ajoutait.
    Merci de me la rappeler, ma tante Anna

    Laisser une réponse
  3. Jai beaucoup pensé à elle surtout ces derniers jours….Elle me manque. Jen aurais encore tellement à lui raconter. Son humour bien à elle me manque particulièrement.

    Joyeux anniversaire d’avance ma belle Annie, mon amie Annie comme tu disais.
    Je t’aime.
    Ta Mini xxx

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Il est beau ton p’tit mot Sa Mini ! xx 🙂

      Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *