Bonne fête Monsieur Vous !

Bonne fête Monsieur Vous !

C’était une journée magnifique. À 8 heures le matin, j’avais reçu un coup de téléphone qui me disait de me rendre à Lac-Mégantic, parce qu’il allait se passer quelque chose ce jour-là. Je savais à quoi m’attendre, mais jamais je n’aurais pu m’imaginer à quel point j’aurais des images qui se graveraient dans ma mémoire à jamais… Ma fille se préparait à accoucher !

Parti de chez moi vers les 8 h 30, il faisait beau et chaud pour un 22 novembre, 17 degrés Celsius qu’indiquait mon tableau de bord. Comme j’écrivais plus haut, un ciel bleu sans aucune trace de nuage au-dessus de ma tête. Une volée d’oies blanches est passée à quelques dizaines de mètres, un peu plus haut, lorsque j’approchais de ma destination. On aurait dit que le décor se faisait de plus en plus magique pour l’arrivée de l’enfant que nous attendions depuis neuf mois…

Je me suis arrêté dans une belle petite boutique pour acheter des fleurs. Une dame et sa fille m’attendaient au comptoir, toutes souriantes, comme si elles savaient que j’étais en train de me préparer à vivre des moments de joie et d’émotions intenses. Quand je leur ai dit que j’avais besoin du plus beau bouquet qu’on puisse offrir à sa fille le jour d’un accouchement, elles s’empressèrent de le former et de le mettre dans un emballage qui n’était pas banal du tout.

Je suis arrivé à l’hôpital avant midi. Claude avait des contractions solides et elle avait des douleurs qu’on a soulagées avec une épidurale. L’enfant n’allait pas se présenter avant quelques heures encore. Après avoir passé du temps avec ma fille et la mère de ma fille, je suis allé me recueillir sur le bord du Lac-Mégantic, question de m’imprégner de la nature, de méditer quelque peu. Planté droit face au vent que je humais de toutes mes forces, je «priais» et remerciais la vie de me donner la chance d’être en contact avec elle, en ce moment présent.

Je retournai à l’hôpital où ma fille avait une belle petite chambre juste à elle. J’ai passé quelques heures à la regarder, à attendre avec elle que le temps fasse son œuvre. Claude était cernée mais combien belle et souriante, alitée depuis les petites heures du matin.

Vers la fin de l’après-midi, ça commençait à s’agiter autour de la future maman. Elles sont sorties de la chambre pour une demi-heure à peine (il me semble bien). Un petit garçon de 7 lbs et des onces (je ne me souviens plus des chiffres exact) venait de faire connaissance avec sa mère et la vie qu’elle lui donnait !

Il était presque 18 heures, le 22 novembre 2012 quand James est né. Quand je l’ai pris dans mes bras pour la première fois, ça été merveilleux et c’est encore pareil, 4 ans plus tard.

Ce petit garçon que ma fille appelait Monsieur Vous au début, a bien grandi. Il a franchi les étapes de la vie à cet âge, une à une : il a fait ses dents, a vu pousser ses cheveux, a fait ses premiers pas, prononcé ses premières paroles… À chaque fois, ça été comme des marques dans le temps.  

Aujourd’hui, il est devenu un beau petit bonhomme qui fait la fierté de ses parents, de ses grands-parents…

Pour moi, il est toujours Monsieur Vous. Je suis en amour avec lui, même s’il me fait vieillir rapidement : déjà 4 ans, ça passe vite tsé… 🙂 Bonne fête mon petit bonhomme, je t’aime ! xxxxxxx

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *