Borderline et ambivalence

Borderline et ambivalence

J’ai le goût d’écrire, question de me faire du bien. Parce que je suis mal dans ma peau par les temps qui courent. Faut dire que c’est l’approche du printemps, cette saison où à chaque année, je vis un peu comme une dépression saisonnière. Je SUIS le temps ; du verbe suivre et non être, sinon on m’appellerait Dan Nature…

Je n’ai presque pas mis le nez dehors de tout l’hiver. Zéro musique depuis pas mal de temps, je ne sais même plus si j’aime vraiment la musique et en même temps, ça me démange : j’ai le goût d’en jouer. Ambivalence, quand tu me tiens par le cou avec une corde qui se resserre…

Dehors… Devant chez moi, il y a le fleuve et juste entre lui et moi, une piste cyclable qui fait le tour de la ville où j’habite. Des gros arbres qui la bordent, des pelouses ou de la neige, selon la saison. Et presque toujours, un petit vent du bord de l’eau qui nous remplit les poumons d’air qui oxygène. Je n’ai qu’à sortir et faire 50 pas, puis ce sentier dessiné pour que je puisse me dégourdir bien en masse. Et au lieu de cela, je fais les cent pas chez moi… Oh, bien entendu, je réussis à aller prendre une marche, de temps en temps et j’en reviens en louangeant la vie. Puis… des mois sans refaire ce qui m’a fait tellement de bien.

J’ai des instruments de musique qui n’attendent que mes doigts pour les faire résonner et me laisser aller à un défoulement si bon qui fait tellement de bien. Claviers, guitare, flûte traversière, harmonicas… Bien sûr, une fois de temps en temps, je m’installe et je passe quelques heures à «musicailler» et ça me fait du bien. Puis… Des mois avant que ça ne se reproduise.

J’ai commencé des cours de yoga, oui oui ! Ça me fait tellement de bien… quand j’y vais. Mais j’y vais presque toujours à reculons et j’en reviens revivifié. Puis… je passe deux semaines à ne pas y aller du tout, probablement parce que ça me fait trop de bien ?

Même chose pour le hockey. Quand j’y vais, je reviens en chantant «Alléluia» tellement je me sens en pleine forme, rempli de joie d’avoir été en compagnie d’une belle gang. L’avant et l’après-match sont aussi importants parce que je vois du monde, je jase, je ris, je taquine, je vis ! Mais à chaque samedi soir, c’est presque en chialant que je m’y rends…

Un de mes patois, c’est «laisse-toi aller» ! Je dis ça aux autres, moi… Méchant cordonnier mal chaussé le comique hein ?! «Amuse-toi bien», que j’écris à tout le monde quand c’est leur fête, quand ils partent en voyage, quand ils font la fête…

Ne me dites pas que vous êtes tous comme ça, ça me ferait trop plaisir. Haha… Mais non, ne me dites pas que vous gâchez vous aussi le plaisir de vivre à temps plein ?  

Bon… j’ai hâte que mes nouvelles pilules fassent effet ou qu’on m’en donne de nouvelles ou mieux, qu’on me fasse faire un sevrage pour que j’essaie de vivre une vie complètement à jeun. 31 mois sans consommer, demain.

En résumé, à la retraite, sans trop d’obligations. Équipé (musique, environnement, entourage…) pour être bien. Et je me sens plutôt en retraite fermée, bien isolé, moi seul possédant la clé… Suis-je en sécurité ?

Vous pouvez dire que je me plains la bouche pleine ; que je dramatise ; que je «victimise» ; que je fais de l’apitoiement ; que je… suis constamment dans l’ambivalence. Vous aurez raison. À moins que vous ne parliez de procrastination ? Sais pas…

Faut que je sorte, que je vois du monde, que je m’amuse, que je le fasse sans avoir le pied sur les brakes, merde ! Y a RIEN qui m’empêche d’être full heureux, je voudrais même ajouter rien NI personne, mais y a MOI… genre d’auto-saboteur de bonheur (pas la première fois que je l’écris me semble).

J’ai quelques textes en banque et j’en ai relu quelques-uns avant d’écrire celui-ci, j’avais le goût d’ajouter une page à mon blog. Mais vous savez quoi ? Ils ressemblaient tous étrangement à celui-ci et ils avaient été écrits au printemps, presque du copié-collé…

Ne m’appelez pas Dan Nature…

Photo de Stefania Rossi, photographiste.

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L’ADN, je l’ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

2 Commentaires

  1. Salut,

    j’ai pris le temps de lire ton blog et il est très intéressant 😊

    Si tu le souhaite,je t’invite à rejoindre mon groupe sur facebook sur le tpl.J’ai créer ce groupe pour les personnes vivants avec un tpl qui aimeraient partager

    leurs positivismes,leurs petites ou grandes réussites,leurs citations favorites,leurs créativités ect!

    https://www.facebook.com/groups/135585786857857/?fref=ts

    byebye au plaisir 😊Myriam

    Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *