Des mots qui me parlent

Des mots qui me parlent

 

Une petite toune à écouter, si ça vous chante ! Ma version originale : piano et voix, c’est moi. Musique que j’ai mise sur des paroles de Guylaine Chandonnet, La toune est sur l’album « Armée d’Amour » de Marly Johnson.

PS : si vous avez des headphones, ça sonnera toujours mieux, haha… 😉

 

Un jour, une chanteuse, est venue me voir avec des paroles et elle voulait en faire une chanson. Une amie m'avait référé comme compositeur. J'étais touché par cette confiance. Mais je ne savais pas si je pourrais mettre de la musique sur les paroles de quelqu’un d'autre. Toutes mes tounes, je les avais faites : paroles et musique...

 

Quelques heures plus tard, je l'ai appelée pour lui dire que j'avais peut-être quelque chose pour elle. Les paroles m'avaient tellement parlé, l'inspiration est venue toute seule. C'est fou parfois comment le processus de création se fait vite. Y en a qui parlent d'inspiration « divine », mais bon, si la musique a un dieu, j'aimerais savoir lequel?   En tout cas, elle a aimé ma musique et l'a mise sur un album qu'elle a fait, brin de fierté pour moi.

 

J'ai pensé vous mettre cette toune parce qu'il fait très froid dehors et je pense aux personnes sans abri qui traînent un peu partout. Aux personnes seules, sans visite, jamais, qui se réchauffent du mieux qu'elles le peuvent, sans chaleur humaine... Recroquevillées pour se donner de l'amour...

 

Tsé, cette toune parle d'un sans-abri qui a soif, qui a faim surtout. En même temps, la boisson le tue à petit feu et l'isole du reste du monde.

 

Le soir où j'ai enregistré le piano et ma voix, j'étais saoul solide. Ma voix était éraillée, j'entends quasiment le son de la bière entre mes cordes vocales, haha... 5 ans et demi plus tard, je n'ai pas bu une goutte. Des fois, je me dis que si je ne m'étais pas pris en main, je me serais peut-être isolé bien comme il faut moi aussi.

 

J'ai mis des images...

 

La toune me parlait dans le temps où je me saoulais la gueule, parce qu'elle me disait de ne pas aller là... Elle me parle encore aujourd'hui, parce que je ne veux pas retourner... là.

 

Là ? C’est où tu ne te sens plus bien, parce que tu vis dans le remord et la culpabilité… Là ? C’est quand tu fais de l’apitoiement « pauvre de petit moi », que tu fais du ressentiment…  

 

Quand tout devient compliqué et que tu te sens dépendant et impuissant devant tes démons, tu ne peux pas te sentir bien.

 

Si tu as été là et que tu en es revenu, c’est que tu ne veux plus retourner là…

 

Ouais, des mots m’ont parlé…

 

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *