Entre Facebook et mon roman

Entre Facebook et mon roman

J’ai écrit sur Facebook aujourd’hui. Rien de nouveau, je le fais à tous les jours. Mais j’ai laissé savoir aux gens que j’avais le syndrome de la page blanche, quant à mon blog et au roman que j’ai commencé à écrire il y a… quelques mois.

Une amie m’a récrit que je règlerais ce problème de page blanche quand il ferait noir. Haha… Elle ne pouvait dire mieux ! Je suis un oiseau de nuit, mais cet été, pour jouer au golf le matin (de bonne heure je préfère) j’ai changé mes habitudes et je me couche plutôt vers minuit. Ce soir, je me suis couché vers 11 heures, endormi vers 1 h 30 et à 2 heures du matin, j’étais réveillé. Je suis allé sur Facebook, voir si j’avais des messages et aussitôt arrivé j’en ai reçu un d’un ami qui croit que sa vie de couple est terminée. Il a beaucoup de peine et il est épuisé de se battre… Il m’a écrit qu’il songeait à en finir. De ta vie de couple ou de la vie, lui ai-je demandé. Sa réponse ? Avec la vie…

On s’est écrits pendant une demi-heure et je l’ai convaincu de m’appeler, ce qu’il fera ce matin. J’ai bien hâte d’entendre sa voix tantôt…

Je suis passé par là, les peines d’amour et le sentiment de ne plus vouloir vivre, recommencer à chercher l’âme sœur. Mais je suis surtout passé par le vouloir mettre fin à mes jours jusqu’à rater mon coup, merci la vie !

Hier soir, j’écoutais une émission de télé où il y avait l’exécution d’un condamné à mort. Après l’injection de je ne sais quoi (trois contenants se dévidant dans ses veines) le gars est «parti». J’ai dit à ma blonde que je ne comprenais pas que ça existe encore les peines du genre. Et on a discuté à ce sujet : moins pire que la chaise électrique, que la corde, que la guillotine… On a reculé dans le temps comme pour se convaincre que c’était moins barbare maintenant. Je ne tiens pas à écrire une thèse sur la pertinence de la condamnation à mort, ni même je ne voudrais partir de débat. Mais c’est quand même bizarre tout cet enchaînement : tu vas écrire dans le noir, je suis «plongé dans le noir» pour pouvoir écrire et un ami, me voyant sur Facebook m’écrit qu’il ne voit que du noir.

J’espère de tout cœur être passé sur le chemin de mon ami pour les bonnes raisons cette nuit. Que je puisse l’aider, en l’écoutant surtout. Je lui dirai probablement que s’il est tanné de se battre, qu’il laisse tomber les armes ; qu’il laisse couler les larmes ; qu’il a surtout bien fait de tirer sur l’alarme. Il ne sera pas seul, cette solitude est si lourde à porter quand on ne va pas bien.

Je lui demanderai probablement ce qu’il me dirait si c’était moi qui voulait en finir avec une difficulté à continuer de vivre. Genre de psychologie inversée ?! Non non, je ne jouerai pas au psychologue. Je ne ferai que l’écouter, le laisser vider son cœur sans retenue je l’espère.

Que la lumière du jour vienne que je me dis. Pour lui, surtout. Pour moi aussi, que je puisse entendre sa voix.

En attendant, je vais profiter de la noirceur pour écrire. Pour aller m’occuper de mon roman sur la vie !

Bonne journée ! 🙂

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

4 Commentaires

  1. Touchant encore une fois. Puisses-tu répondre au besoin de ton ami que ce soit pour voir plus clair dans ce qu’il vit pour pouvoir prendre sa décision de vivre ou ne pas vivre.
    Il fait noir, il fait jour, le matin, la nuit, ce sont logiquement des opposés. Pour certains la nuit c’est leur matin et le matin leur nuit, le noir c’est leur jour et le jour leur nuit. Un oiseau de nuit comme on dit souvent, c’est peut-être sa normal donc c’est sa journée et notre journée sera sa nuit; qui peut dire? L’important c’est d’être bien dans ce que tu choisi de vivre et avec qui tu veux le vivre.
    Question, est-ce que ça a du sens ce que je viens d’écrire ou ça ni queue ni tête? Peut-être j’avais juste envie de mettre de la lumière dans ma vie qui va à 500 milles à l’heure en ce moment, tellement vite que je m’y perds . Il y a 2 hamster dans ma roulette, oufff!

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Haha… Tu me fais rire avec tes 2 hamsters. 🙂 Pour ta question, ça a du sens, c’est juste que tu répètes 2 fois que la nuit c’est sa journée et que la journée c’est la nuit pour d’autres. Tu es certain que tu n’as pas été avocat un moment donné ? Hihi… Bonne journée Pépé et essaie de ne pas dépasser les limites de vitesse de la vie… Mais encore là, c’est relatif : si pour toi 500 milles à l’heure c’est vivre à 100%, c’est correct ! 😉

      Laisser une réponse
  2. Tu aide sans le vouloir les gens qui souffre ,toi qui a tellement souffert tu as la plume qui touche mon ami !!

    Laisser une réponse
  3. Três touchant Dan, la suite de mon texte en parle aussi .. c’est actuel, automne, noirceur, douleur… c’est simplement malheureux…

    Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *