Je t’aime. Moi aussi.

« Je t’aime ». « Moi aussi »…

Qui de nous n’a jamais dit : je t’aime, en attente d’un retour ?

Attente ! Ah… Ce mot, je l’ai banni de mon cerveau, mais il revient de temps en temps, sinon je ne l’aurais pas écrit et je ne vous en parlerais pas tsé ! 😉 Quand il vient du verbe attendre, je suis pas pire arrangé au niveau de la patience. C’est lorsqu’on le conjugue dans sa forme pronominale, « s’attendre », où il m’est plus difficile de vivre avec.

Je me rends compte que la plupart du temps où je m’attends à quelque chose, c’est en rapport avec le savoir-vivre. J’entre au dépanneur et je tiens la porte pour la personne qui me suit et elle accepte de passer, sans me dire merci ! Oh ! Il m’arrive parfois de dire tout haut, « de rien » ou « merci là »… Et j’ai droit à une réplique, sinon minimum à des yeux qui ont des sourcils froncés juste au-dessus. Est-ce si difficile de me dire merci ? Ou est-ce que je dois juste me demander si ce n’était pas « gratuit » le geste que je venais de poser ? Et dans tout ça, qui manque de savoir-vivre ? Et quand ça me choque vraiment, je me pose ensuite la question à savoir si mon rôle est d’éduquer la planète. Ce serait peine perdue, je le sais déjà…

J’arrive à une intersection, en voiture, et il y a une personne qui attend pour traverser la rue. Je lui fais signe de passer et elle s’exécute, parfois en lambinant. Et le pire ? Sans une petite main qui se lève en signe de remerciement. Ou un signe de la tête… Ne serait-ce qu’une bouche que je verrais dire merci en ma direction. Est-ce parce que moi je dis merci dans des conditions semblables que TOUT le monde devrait le faire ? OUI, que je me dis dans ma tête, c’est la moindre des choses, me semble…

Et si tous ces gens étaient tout simplement dans la Lune ? Je me dis que ça ferait du bien de les envoyer là-haut, elle peuplerait rapidement. Mais quand j’y songe sérieusement, ce manque de savoir-vivre je ne le vois quand même pas tous les jours. Et j’entends même souvent ce mot que j’attends : merci !

Il faut donc dire qu’il y a des jours où je suis très capable d’ignorer l’attente du genre et dans ces moments je ne me sens pas à la merci de ceux qui manquent de vous-savez-quoi ! Ce que je me sens bien alors ! Il y a des jours où je ne peux m’empêcher d’être presque en colère envers le manque de respect, si c’en est un. Et c’est moi qui paie la note, je ne me sens pas bien… Injustice !

Oui, c’est ça, l’injustice. Quand je vis dans l’attente et qu’on ne la comble pas, je trouve ça injuste, merde de merde. (Me vlà parti) Hahaha… Je n’aime pas l’injustice, ça va pas bien pour moi, dans ce monde elle ne semble plus exister, mais bon, je ne me ferai pas d’ulcères non plus… J’espère que vous n’êtes pas tous « arrangés » comme moi ? 🙂

Bon, je vous ai écrit des choses qui sont déjà du passé, sinon je serais en train de vivre un de ces moments. Pas de danger, assis derrière mon clavier. Imparfait que je suis, il m’arrivera sûrement encore d’être en attente de quelque chose, de quelqu’un, mais quand je dirai à une personne que je l’aime, ce sera sincère et je n’attendrai pas qu’on me dise « moi aussi »... 

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L’ADN, je l’ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

3 Commentaires

  1. Salut Daniel, un très bon texte, une réflexion réaliste de la vie en 2016.
    Ça m’a fait réaliser que je n’ai pas beaucoup d’attentes dans la vie et qu’il n’y a plus grand choses qui me surprennent. Je suis peut-être plus chanceux que toi ou tout simplement que je vis dans une plus petite ville, Sherbrooke .
    Tout comme toi, j’ai un savoir vivre. J’ouvre la porte, je laisse passer des piétons, une automobile et j’ai pratiquement toujours un salut de la tête ou de la main ou je peux lire sur leurs lèvres un merci.
    Mais où j’ai encore des attentes et ça me met le feu au C.. En ce moment je suis sur des sites de rencontres à la recherche d’une âme-soeur. Mon attente c’est quand j’écris à une personne pour signifier un certain intérêt,elles ne réponde pas ou elle le fait comme des semaines après avoir lu mon courriel. Je crois que je suis encore un peu dépendant affectif ou bien je trouve que les gens manquent de savoir-vivre. Moi je vais renvoyer un petit mot pour signifier le non-intérêt mais avec diplomatie. Les gens de ma génération, on a appris le respect, certaines règles de politesse, c’est rendu où?
    Ce n’est pas que je m’accroche de toutes mes forces au fait de vouloir à tout prix rencontrer une femme pour être heureux. Non merci, je suis bien dans ma vie. Une femme serait un plus à mon bonheur. Je lui ferais une place dans ma vie, elle ne remplirait pas un vide.
    Continue Daniel, c’est toujours intéressant de te lire.

    Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *