Le mot du jour ? Énergie !

Le mot du jour ? Énergie !

Il y a environ quatre ans, mon psy m’écoutait parler. Je lui décrivais ce que je vivais. Comment je me sentais vis-à-vis certaines personnes. Exemple ? La directrice des Ressources humaines de la Commission Scolaire ne me lâchait pas pendant que j’étais en « burn-out ». Elle me demandait à tout bout de champ, des rapports médicaux, des rencontres avec un psy de leur choix, pour qu’il évalue si j’étais vraiment fatigué. Elle me traitait comme un moins que rien, que j’me disais. En gros, elle me faisait sentir coupable d’être complètement vidé, sans énergie. Et je me « poignais » avec elle, l’ayant même traitée comme la personne la moins humaine que j’avais rencontrée dans ma vie. Son supérieur m’avait envoyé une lettre, me demandant de m’excuser auprès d’elle. Mais elle ? Pas besoin de s’excuser de me rendre malade ? Je trouvais ça injuste… Et injustice pour moi, apportait une certaine colère.

Et je racontais à mon psy que je me « chicanais » aussi sur Facebook, avec des gens que souvent, je ne connaissais même pas, mais qui me faisaient rager avec ce qu’ils écrivaient. Que je quittais le réseau, que j’y retournais... Que je regardais parfois des émissions, genre « La période de questions », n’écoutez pas ça, pas rassurant de voir par qui on est « dirigés ». Je lisais des journaux qui me « crinquaient » pas à peu près. J’ajoutais que je n’arrivais pas à dormir le soir parce que je repensais à tous ces événements qui me jetaient à terre, qui me rendaient négatif.

En résumé, je lui disais à quel point je n’avais plus d’énergie, combien je me sentais vidé… complètement.

Il a ensuite pris la parole. Il m’a dit : « …Vous n’avez plus d’énergie ?» NON ! (C’était ma réponse.) Et il a à peu près repris tout mon long discours de plaintes et de complaintes à n’en plus finir. Beau feedback, presque une imitation de moi, il avait bien écouté. Bravo ! Et là, il a sorti l’artillerie lourde. « Vous en avez en maudit de l’énergie. Ça en prend beaucoup pour se poigner avec tout le monde. Pour passer des heures sur Facebook, autrement que pour vous divertir et prendre des nouvelles de vos amis. À vous nourrir de sensationnalisme. Ne venez pas me dire que vous n’avez pas d’énergie ! Vous en avez en masse. Quand est-ce que vous avez joué du piano ou de la guitare la dernière fois ? Quand êtes-vous allé prendre une marche, pour respirer le grand air ? Qu’est-ce que vous faites pour relaxer et mieux dormir le soir ? Elle n’est pas du tout utilisée pour réaliser des choses qui vous feraient du bien, votre énergie. Mais ne me dites pas que vous n’en n’avez pas ! » Ouille, il me faisait la morale le… Sur le coup, j’ai serré les poings, j’aime pas me faire dire que je n’ai pas raison, puis…

Bouche bée le sans-énergie !

Déclenchement d’une alerte au cerveau. Mauvaise nourriture = intoxication. Je me nourrissais de colère et de déception face à la vie et aux injustices que je ressentais. Et ma vie n’était pas belle à voir. Je me suis isolé un bout, sans lire les journaux, sans écouter la télé, sans… bon, essayant de ne pas passer trop de temps sur les réseaux sociaux. J’étais dépressif ET asocial mettons !

Et je me suis rendu compte que je donnais trop d’importance aux choses qui n’en n’avaient pas vraiment. Que je ne changerais JAMAIS qui que ce soit. Que cette directrice des Ressources Inhumaines faisait sa job. Et elle la faisait bien ; sa job étant de s’assurer qu’ils ne me payaient pas sans que je prouve que j’étais malade. La façon qu’elle le faisait ne me plaisait pas, bien sûr, mais est-ce que je me donnais des chances en la traitant comme je l’avais fait ? En m’emportant chaque fois qu’elle m’appelait ou m’envoyait des papiers à remplir ? Pense pas… On n’aura rien en criant que j’ai compris. Et si je commençais à m’occuper de mon bien-être et d’arrêter de me sentir comme une victime de cette femme, de la société au complet ? Ça ne s’est pas tout déroulé, comme ça, après être sorti du cabinet… Il en est sorti de la merde, pendant quelques semaines.

Changement ? J’ai rempli les papiers qu’on me demandait de remplir. J’allais rencontrer leurs psys qui évaluaient correctement mon état dépressif. Je lisais des livres remplis d’espoir et d’autres sur les problèmes de santé mentale. Et le reste ne me touchait plus. Et je dormais le soir venu, et je m’endors encore rapidement le soir venu.

Quand on dit que les pensées créent les émotions… Couchez-vous le soir en pensant à quelqu’un que vous n’aimez pas, quelqu’un qui n’a pas d’atomes crochus avec vous et détestez-le le plus possible, souhaitez-lui du malheur. Je vous garantis qu’il vous faudra, à la limite, des somnifères pour trouver le sommeil. Sinon, pensez à vos enfants qui vont bien, qui vous font du bien. À vos petits-enfants que vous adorez. À un voyage que vous avez fait, qui vous a laissé plein de beaux souvenirs. À une personne que vous aimez et qui vous fait du bien. D’après moi, vous n’aurez pas le temps de penser à tout ce que je viens de vous énumérer, Morphée vous aura déjà pris dans ses bras…

ÉNERGIE ! Un seul mot qui a plein de significations ; qu’on parle d’électricité ou de boisson énergisante… Je ne ferai pas le tour de toutes les possibilités, jusqu’à vous parler de l’énergie du désespoir… Non, surtout pas ça.

On dégage tous de l’énergie et elle peut varier selon les jours. Il y a quand même des personnes qui ont de la belle énergie, presque à temps plein. D’autres qui dévorent la nôtre. Alors, qu’est-ce qu’on choisit ? Se coller sur les premiers ou se faire bouffer vivants par les autres ? On a le choix, toujours le choix.

Autour de moi, depuis quelques années, c’est plein de belles personnes qui me font du bien. De l’énergie positive à plein régime dans mon entourage. Si je ressens de la mauvaise énergie, je m’en éloigne. Pas toujours facile de changer son environnement ou ses habitudes, mais faisable, très faisable ! Les changements s’opèrent assez vite, il faut s’écouter et être réceptif. Rien de magique si on croit que TOUT est énergie. Je parle de mon expérience.

Un de mes amis est croyant et il restera toujours mon ami même si certains concepts de la religion ne viennent pas me chercher. On a le même langage, même si les mots sont différents. Sa façon de parler de l’énergie, c’est comme ça qu’il la dit : « Dan, quand on est dans les couleurs de Dieu, les gens collent à nous ». Pas besoin de vous expliquer que « dans les couleurs de Dieu » veut dire que lorsqu'on est positifs, souriants, agréables, calmes, aimables…

Il y a beaucoup plus de monde qui sont « dans les couleurs de Dieu » qu’on veut bien le penser. Quand nous serons prêts et décidés à les voir, gardons les yeux ouverts. On s’endormira… le sourire aux lèvres ! 

Photo de Stefania Rossi, photographiste.

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

5 Commentaires

  1. Le pouvoir que les autres, ou les choses ont sur nous, c’est le pouvoir qu’on leur donne… Alors donnons du pouvoir à l’énergie, au lieu d’en gaspiller ailleurs xx

    Laisser une réponse
  2. je suis convaincu que des que tu as réalisé ca ! Ta vie au complet â changer . Je trouve que que c’est une belle leçon de vie .. Vaut mieux tard que jamais!!!! Ton sourire illumineras le soleil de ta vie !!!!!! Xxxxxxx

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      T’as raison. Il y a eu des prises de conscience dans ma vie, oui oui… 🙂 Et c’est à travers celles-ci que j’ai changé des comportements, des patterns appris depuis des années et que je mets mes énergies sur l’important d’abord. Merci beaucoup pour ton beau message mon amie. xx

      Laisser une réponse
  3. Ho là là…j’adore cette histoire et la façon dont tu la racontes.

    Ca fait réfléchir et je suis entièrement daccord avec ta définition du mot: énergie et en ce qu’elle apporte en belles conséquences 🙂 xx

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Énergie, ouais… LE mot que j’utilise le plus pour expliquer bien des choses. (À moi-même) Et sentant de plus en plus la mienne et celle des autres, c’est simple, y de belles connexions qui se font. Comme toi et moi, ma blonde. xx 🙂

      Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *