Les habitudes, ça se change !

Les habitudes, ça se change !
(Surtout quand elles ne sont pas bonnes à prendre)

« Tout seul chez nous, avec moi-même…
Tassé dans l’coin, par mes problèmes… »

LA solitude, le mal du siècle quoi ! Comment la combattre ? Je n’ai pas fait de recherche intensive sur le sujet, Google ne m’apprendra pas comment on fait pour se retrouver seul, oh non !

Bon, faut dire que je suis assez bien équipé, j’ai assez d’expérience dans le domaine… Moi j’ai vécu la solitude ? Ben oui, assez pas mal souvent. Et à cause de quoi, de qui, pourquoi ? Moi, je suis le seul responsable. Parce que je faisais pitié mettons…

Quand je n’allais pas bien, je m’isolais des autres pour ne pas qu’ils me voient. Pour pas qu’on me pose de questions. Surtout pas LA question : « Comment ça va mon Dan ? » Et que je fonde en larmes en répondant : « Très bien, merci ! », sans sourire… Le non-verbal aurait parlé beaucoup plus que les mots, que les maux… et l’écho qui retentit dans les montagnes d’émotions que je pourrais vivre.

L’automne est arrivé brusquement cette année, je trouve. Comme sans avertissement, mais je l’attendais de pied ferme. Pour moi, quand les journées raccourcissent, quand le froid s’installe, quand je sors moins de chez moi, y a un danger qui me guette. Le blues me guette quoi ! (Décidément, Offenback m’a marqué moi…) Et bien voilà : j’ai décidé, avec deux amis, d’aller marcher cette année. De sortir de la maison pour aller prendre de l’air. Trois fois par semaine, nos pieds et nos jambes supportent nos corps sur 5 kilomètres et ce, en moins d’une heure. Et on commence notre quatrième semaine ce soir. Laissez-moi me féliciter : « Bravo Daniel ! ». Merci…

Et puis j’invite les gars à venir faire un p’tit tour chez moi. Entre deux verres de jus, nous parlons de tout et de rien. On rit, on s’écœure joyeusement, haha… Et de temps en temps, je leur joue une p’tite toune de piano, de guitare, de flûte traversière (pas tous les instruments en même temps là…) et les gars chantent avec moi. Du temps de qualité j’vous dis. Du temps que je ne prenais pas dans l’temps que la solitude me tuait à petit feu…

Je l'sais, faudrait ben que je sorte…
Oui mais mes blues passent pu dans' porte…

C’était de même, jadis. Je me suis pris en mains et je passe la porte facilement maintenant.

Bon, y a encore des moments où je me retrouve seul bien sûr. Faudrait pas que je me fie toujours sur les autres pour me faire du bien que j’me dis, sinon faudrait que je vive dans une congrégation, pas pour moi. Alors, je joue de la musique pour moi-même. Ce que je ne faisais plus souvent. Exutoire de première classe j’vous dis. J’écoute de la musique aussi, du bon vieux classic rock, au 916 sur Stingray Music. Je lis les notifications de mes amis sur Facebook et j’écris des messages ici et là, j’en lis…

Puis, je recommence à écrire sur mon blog, délaissé depuis le printemps… Et l’automne ne me fait pas peur cette année, même si Le frigidaire fait ben du bruitC’est presque devenu musique à mes oreilles ! 🙂  


Et vous ? Combattez-vous la solitude ? Comment ?

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L’ADN, je l’ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

1 Commentaire

  1. Bonjour Dan, merci pour ton texte. Je me reconnais jusqu’à ces mots: « Le blues me guette quoi ! (Décidément, Offenback m’a marqué moi… »
    Moi je ne peux même pas sortir de chez-moi, la panique me prend et ça c’est à l’année. Même aller faire l’épicerie me dérange mais il faut manger. Je sais que je parlerai probablement à personne sauf bonjour, merci et bonne fin de journée à la caissière.
    Il y a pourtant des groupes de marches dans mon coin 2 X semaine; mais je ne peux pas. Sortir de la maison, c’est tellement lourd, des fois je sors pour aller prendre une marche mais je reviens 3 minutes plus tard car je panique.
    C’est pour ça que j’ai toujours plein de projets sur la table, des choses qui se font en solitaire.
    Imagine toi que j’ai le projet de me bâtir, un petit 3 ans d’ouvrage. Un autre bon moyen que j’ai trouvé pour m’isoler. Ma solitaire je l’ai apprivoisée, elle me fait la vie dure, m’étouffe à l’occasion. J’ai entendu un jour un thérapeute dire:  » Il est souvent plus facile de vivre un connu inconfortable qu’un inconnu confortable. Dans mon cas c’est une réalité. Moi il faut que je m’occupe si non je vais me ramasser dans une institution avec une belle camisole toute neuve.
    Merci de me montrer que toi tu prends les moyens pour sortir de ta solitude même si je sais que ce n’est pas facile..
    Bravo à toi et merci de partager

    Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *