Rentrée scolaire de Monsieur Vous

Rentrée scolaire de Monsieur Vous

Et de milliers d’enfants au Québec…

Des garçons, des filles, des petits, des plus grands, des plus minces, des plus enveloppés, des enfants à mobilité réduite… Ils seront gênés, sociables, solitaires, en gang, anxieux, sérieux, comiques, nerveux, calmes… Des enfants Noirs, Blancs, Hispaniques, Asiatiques, Arabes… Catholiques, musulmans, anglicans, baptistes, hindous… Je vais vous laisser continuer avec la couleur des cheveux, les vêtements qu’ils portent, les lunettes ou pas, appareils dentaires ou orthopédiques, NAME IT ! Vous avez saisi, je suis sûr, ils seront TOUS différents, différentes, voire UNIQUES…

En partant, ils ne seront pas égaux car ils vivront dans des milieux plus ou moins riches, plus ou moins défavorisés, la carte du Québec en éducation, cote de 1 à 10 à partir des plus riches aux plus défavorisés. Ils iront dans des écoles publiques pour la plupart, sinon écoles privées ou plus ou moins légales.

Le Ministère de l’Éducation a UN programme « de base » pour chaque niveau scolaire. Puis, selon le niveau de scolarité des jeunes et comment on les aura classés, il y aura des cours enrichis, des PEI (programmes d’éducation intermédiaire ou « internationale »)...

OK, revenons à nos moutons, parce que c’est un peu comme ça qu’ils entrent à l’école. Obligés d’aller se faire « tondre » pour bien cadrer dans le moule de la société québécoise. Je ne parle pas du système scolaire en Finlande là…

Alors, des milliers de parents qui voient leurs petits bouts de choux faire leur entrée dans le monde scolaire. Des pleurs, de la joie, des câlins, des bisous... On fait confiance à la vie et on suit le chemin tracé par le Ministère de l’Éducation. Quand on les aura évalués, après chaque année, on les fera monter de grade. Ils devront avoir réussi à prouver qu’ils sont dans les « normes » établies, d’un niveau à l’autre, par des fonctionnaires qui n’ont pas mis les pieds dans une école depuis 30 ans...

Moi, enseignant du secondaire à la retraite, je regarde aller mon petit-fils avec un peu d’inquiétude. Pour moi, l’école est trop axée sur l’apprentissage des maths, du français, de l’anglais etc… Pourquoi ne pas leur donner des outils dont ils auront besoin toute leur vie : estime de soi, confiance, habiletés sociales. Leur apprendre qu’ils ont des droits ET des obligations. Les bases de la vie quoi ! Ça s’apprend à la maison vous me direz ? Pas certain moi. Les jeunes passent plus de temps à l’école qu’avec leurs parents, quand ils en ont deux, ou même un… Quand ces parents prennent le temps de transmettre de belles valeurs à leurs enfants.

James (Alias Monsieur Vous), a commencé sa première journée lundi matin. Sa maman l’a bien préparé à aller dire bonjour à l’école et à son enseignante. Il était bien habillé, bien peigné, il avait ses effets personnels et tout ce qu’il faut pour arriver à l’école. Il s’est rapidement fait dire de ne pas siffler à l’école et quand la journée s’est terminée, il s’est approché de son enseignante pour lui faire un câlin et elle s’est tassée, en le regardant comme s’il était un étrange. Dans ses derniers souvenirs de la petite Bottine, sa garderie, il avait le droit de faire cela… Drôle d’arrimage je trouve (!).

Je sais, vous allez me dire qu’à l’école, les enseignants(es) n’ont pas le droit de toucher aux enfants, parce qu’ils risquent de passer pour des pédophiles, genre… La madame aurait pu lui expliquer, à elle de savoir comment, qu'il n'y aura plus de câlins maintenant. Au lieu de lui faire savoir de façon non-verbale. Me semble que c’est possible, éduquer avec des mots, plutôt que par un geste qui ressemble à du dégoût ?

James est encore spontané, vif d’esprit, dans son monde imaginaire, prêt à aller s’amuser et rencontrer de nouveaux amis. J’ai écrit encore, parce que j’ai peur qu’on lui enlève tout ça parce qu’il faut qu’il grandisse, avec un cerveau qui aura appris un programme conçu pour la masse. Il devra rentrer dans une sorte de moule, qu’il aime ou qu’il n’aime pas. Il en a pour quelques années à se faire remplir de matières scolaires, jusqu’au bouchon…

Je souhaite de tout mon cœur que mon petit-fils passe au travers de ces années où il se construit une identité propre à lui, sans trop de misère. J’espère qu’il aura la chance d’avoir de ces enseignants qui sont passionnés par leur métier, qui se dévouent pour que les jeunes vivent plein de beaux moments.

Tout ce que je veux, finalement, c’est qu’il puisse s’épanouir et atteindre son plein potentiel, sans trop de « dommages »…

Ce ne sera pas facile. La partie n’est pas gagnée d’avance !

NOTE : le portrait que je fais du système éducatif n’est pas rose, il peut même paraître négatif. Je n’ai même pas parlé des directions d’école, des enseignants et du personnel non-enseignant, des ressources pour venir en aide à tout ce beau monde, qui, pour la plupart, est bien intentionné… Les contraintes budgétaires et le manque de personnel qui vient avec feront en sorte que bien des enfants se retrouveront sur des voies « secondaires ». J’ai dressé ce portrait comme je le comprends, comme je l’ai vécu comme enseignant dans un milieu très défavorisé, un milieu coté 10 par le Ministère de l’Éducation… 

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

6 Commentaires

  1. Très touchant ton texte encore une fois Daniel! C’est difficile à vivre comme parent (et grand-parent, surtout pour un grand-papa prof!!) mais on doit faire de notre mieux pour intervenir quand c’est nécessaire et aussi, faire confiance à nos enfants. Dans un monde idéal, les profs enseigneraient tous par passion et dévotion mais ce n’est pas le cas pour tous. Il croisera des enseignants bof et d’autres qui réussiront à lui insuffler le goût d’apprendre. Puis, il y a sa super maman et son extraordinaire grand-papa qui continueront de l’épauler, de l’encourager et de l’inspirer.

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Merci Susie ! Oh que oui, on va faire confiance à James et on sera là pour lui fournir des outils quand il en demandera. Et comme tu dis, comme je l’ai vécu, y aura toujours de belles personnes qui croiseront son chemin. On va faire confiance à la vie. xx 🙂 Merci de m’avoir lu mon amie Susie.

      Laisser une réponse
  2. Encore un magnifique texte. Bravo Dan, en te lisant, je suis retourné en arrière et j’ai de nouveau vécu les craintes mais surtout les déceptions de la rentrée scolaire de mon fils… Ce système est stérile et manque d’humanité…
    Il est beau ton petit James et je crois sincèrement qu’avec de bons outils et une mère aimante, comme il a, il réussira à se construire un monde dans lequel il sera heureux et épanoui 🙂

    Laisser une réponse
    • Salut, avec du monde qui l’aime et s’en occupe il va passer du bon temps à l’école des grands…
      Bonne soirée.

      Laisser une réponse
      • Daniel-Nicolas Lapierre

        Gilles, je lui souhaite de rencontrer des gens comme toi et d’autres personnes que j’ai côtoyées à Gérard-Filion. Il serait bien entouré… 🙂 Merci de m’avoir laissé un mot et d’être venu me lire mon ami.

        Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Le système est une chose. J’ai connu des enseignants et du personnel non-enseignant qui étaient très humains. C’est ce genre de personnes que je souhaite à mon petit-fils. Merci de me lire mon ami Alain. J’ai hâte d’aller te voir à Québec. 🙂

      Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *