Une journée pas ordinaire

Une journée pas ordinaire

Cette journée a commencé quelques mois avant qu’elle ne se concrétise. Plusieurs annonces mises sur Facebook, quelques appels faits aux amis, à la famille, question de vendre des billets pour le spectacle des 20 ans de mon band, Le Bluff Blues Band.

Une rencontre avec la directrice générale du Centre d’Art de Richmond, la passionnée Vickie Lasonde. Question de réserver la salle, de prévoir un technicien pour le son et l’éclairage, de faire imprimer les billets. On était enthousiastes elle et moi, on sentait que ça allait être une belle soirée.

Un appel fait à mon technicien de son préféré, Louis Durocher, celui qui est directeur de tournée et technicien pour Nanette Workman, un gars avec qui je travaille depuis 25 ans. Il est libre, il viendra se joindre à nous, bonne nouvelle. Ça commence à prendre forme et je me sens en sécurité avec ce bonhomme derrière la console de son.

Un grand ami m’appelle, Jean Rousseau, pour me dire qu’il sera le directeur technique pour le spectacle, un autre gros morceau sera de la partie. Ça fait longtemps que nous nous sommes vus, ça sera une belle journée pour se retrouver et partager du temps ensemble…

Puis, les billets envoyés par la poste, des chèques en retour, des gens qui s’ajoutent jour après jour. Ils ont envie de venir nous encourager…

Le jour J, le 29 avril, arrive. À 13 heures, je mets mon clavier, mes modules de son et ma valise de fils dans mon automobile et je quitte Boucherville pour me diriger vers Richmond. Je conduis en écoutant des chansons que nous allons faire le soir-même. J’ai hâte de rejoindre les gars, ce sera une belle soirée, je n’ai aucun doute là-dessus. La salle sera pleine et il y aura là des gens que je connais presque tous.

Je monte mon équipement au deuxième étage de ce beau vieux bâtiment, les gars sont déjà sur la scène. Je fais des câlins à Louis le soundman, à Jean le directeur technique, aux gars du band. On rit, on est heureux de se préparer à faire ce que l’on aime : de la musique blues-classic-rock… Nous faisons des tests de son, Jean focuse l’éclairage, tout se construit tranquillement. Un test de son en moins d’une heure, ça sonne comme une tonne de briques. Rares ont été les soundcheck aussi courts, aussi efficaces…

Les gars s’en vont souper à Windsor. Je reste sur place car pour l’occasion, ma cousine Hélène et son Jim de mari ont préparé un souper-spaghetti pour réunir famille et amis de celle-ci avant le spectacle. 33 personnes que je connais, que j’aime sont là, réunis, joyeux. Je fais le tour, je reçois beaucoup d’amour, j’en donne aussi, oui oui, haha… Robert, le mari de tante France me dit : «Dan, tout ce monde-là est réuni ici grâce à toi». Wow ! Je trouve ça beau et je ne m’étais pas rendu compte que ma visite près de ma petite ville natale allait créer un événement où la famille aurait une occasion de se revoir. D’habitude, dernièrement, c’est lors de funérailles qu’on se revoyait. Merci la vie que je me dis aujourd’hui. On ne pensera pas à la mort…

19 heures, les portes ouvrent et des gens commencent à arriver. Je suis là pour les accueillir. Des amis, de la famille, des gens que j’ai vus il y a un bon bout déjà. Les sourires, les poignées de main, les hugs… 19 heures 30, je monte me changer pour être prêt lorsque 20 heures sonnera. On est fébriles dans la loge, on boit du Bulls Head, celui à la bière de gingembre est le meilleur que j’ai bu. Tout est parfait, y a rien qui ne va pas…

20 heures, les lumières se tamisent et nous montons sur les planches. Je m’attends à ce qu’on les brûle. Je parle aux gens 2 minutes et la soirée commence, musique !

Aussitôt la première chanson terminée, des applaudissements chaleureux et bien sentis se font entendre. Ce sera comme ça, toute la soirée durant, 25 fois. Après un solo d’Alain Pruneau, le guitariste, il y a même un standing ovation, c’est vous dire combien il y a une belle énergie qui se propage dans cette superbe petite salle qui sonne bien. Il fait chaud. Oui l’éclairage fait sa job, mais la chaleur humaine est bien présente. Dernière toune, une autre ovation bien sentie. Un rappel : Couldn’t stand the weather, avec des solos de chacun des membres du band, c’est efficace et une ovation, une autre. Ça crie, ça siffle, ça applaudit.

De la scène, je ne vois que les 4 premières rangées où sont installés la plupart des membres de ma famille ; tante, cousins, cousines, conjoints, conjointes. Ils me sourient, je me sens tellement bien. Je dis quelques niaiseries improvisées entre les tounes et ça passe super bien, j’entends des rires qui viennent de partout… Indescriptible ambiance. Je regarde les musiciens de mon band, ils sont heureux. Je remercie le gars au son, le gars à l’éclairage, je présente les musiciens et à chaque fois, la réponse du public est immédiate et franche, je souris encore en l’écrivant.

À la fin du show, plusieurs personnes nous attendent au bas de la scène, pour venir nous dire un mot de félicitations. On m’inonde d’amour, je le reçois avec plaisir. Je suis souriant, je suis heureux, je suis TELLEMENT satisfait de la soirée que je viens de passer.

Non, mais c’est fou comme c’est bon des moments comme ceux-là. La musique est la meilleure dope au monde, je le dis depuis des années. Et quand j’en reprends de cette dope, je gèle pour des heures, voire des jours, même après.

Nous sommes mercredi matin, 4 jours plus tard et je ne fais que commencer à redescendre de ce beau nuage.

La famille, les amis, le band, les techniciens, la DG et le staff du Centre d’Art de Richmond, wow ! Je vous remercie tellement, haha… Le gros bonheur total, faudrait remettre ça que j’me dis. Et pas dans 20 ans…

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L'ADN, je l'ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

3 Commentaires

  1. Allo mon Dan! Juste une phrase pour toi…comme j’aurais aimé y être! XX

    Laisser une réponse
  2. Comme toujours tu nous fais revivre ces moments comme si nous y serions. Continus mon Dan. C’est toujours un plaisir de partager ces petits instants d’éterniter que tu nous livres si biens. Bonne semaine.

    Laisser une réponse
  3. Bravo pour ton texte, super chaud rempli d’émotions, de belles émotions.
    J’aime beaucoup ta plume Daniel, tu as une façon de parler de ton quotidien, de ton passé avec les mots et moi je me sens entrer dans cet intermède.
    Bravo encore et merci pour cette soirée.
    À la prochaine je t’envoie un gros câlin

    Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *