Une voix qui m’ouvre les yeux

Une voix qui m’ouvre les yeux
(Lettre envoyée aux policiers)

Il est une heure du matin, je reviens d’un meeting des Alcooliques Anonymes. Nous étions 200 personnes pleines de vie qui partagent leur «maladie». Tout ça s’est fait dans la bonne humeur, la joie ; belle soirée. J’ai ri comme un fou. L’homme qui partageait avait un sens de l’humour incroyable ! Je me suis arrêté pour manger avec des amis. Nous avons parlé de toutes sortes de choses, je me sens serein…

Je vois des gyrophares au loin. J’imagine des policiers en train de donner une contravention. Que voulez-vous, c’est comme ça que je les vois habituellement avec moi, avec d’autres. Mi-chemin entre Marieville et St-Jean-Baptiste, je ralentis. Il vient d’y avoir un accident. Une auto de patrouille «fantôme» arrive sur les lieux. À plusieurs mètres d’une auto blanche déchiquetée, une lampe de poche balaye le champ détrempé. Une couverture recouvre ce que je crois être un corps. Je sors de mon auto : quelque chose me dit que je pourrais aider.

Un policier descend de l’auto fantôme et regarde vers moi. Il semble se dire : «Qu’est-ce qu’il veut ce curieux, pourquoi faut-il qu’il vienne se mettre dans nos jambes ?». Je lui demande : «Est-ce que je peux faire quelque chose ?» «Non, à moins que tu ne sois médecin ?». Il sait bien que si ça avait été le cas, je me serais présenté comme tel. Je n’ai pas l’air d’un médecin de toute façon ! Je suis certain qu’il veut me dire : «Hey, l’imbécile, pousse-toi, j’ai un sale boulot à faire et je n’ai pas besoin que quelqu’un vienne se rincer l’œil dans le sang des victimes de la route…»

Je me sens inutile. J’aurais le goût de lui dire que j’ai passé avec succès mon cours de premiers soins Ambulancier St-Jean. Que je pourrais aider à faire la circulation. Que je peux réconforter des gens. Que je sais même chanter le blues qui «libère des âmes» ! Je voudrais aider, c’est pour cela que je me suis arrêté. Mais le silence me rappelle qu’il a raison : il n’y a pas grand-chose que je puisse faire pour aider un ou des morts… Parce que ça sent le mort à plein nez : il fait froid, c’est humide, c’est sombre, ce policier n’a pas envie de rire et je le comprends. Et toujours cette couverture par-dessus ce qui me semble être un corps.

PUIS, une voix de femme, douce et apaisante, se fait entendre : «Ça va aller merci !» Quatre petits mots qui me bouleversent, qui me font écrire des mots… Parce que je ne peux dormir en rentrant chez moi, je les entends encore ces mots… Ces mots qui pourraient me dire : «Veuillez excuser mon confrère, monsieur, il n’a pas le goût que vous veniez écornifler sur les lieux d’un drame…» J’entends aussi, dans le non-verbal de cette jolie voix : «Vous êtes bien gentil de vouloir nous aider, mais on va se débrouiller, merci quand même». Merci que j’aurais dû lui dire, parce qu’elle m’a fait du bien et m’a réchauffé dans toute cette froideur printanière. La mort me glace !

Je ne vois pas le visage de la policière, les gyrophares au-dessus d’elle m’aveuglent. Mais je suis sûr qu’il y a un sourire sympathique dans ce visage. Tout ce que je vois, c’est une tête qui dépasse la portière entrouverte, une «queue de cheval» qui vole au vent. Je suis certain qu’il y a dans ce visage qui me regarde, une femme qui me sourit doucement ; qui me comprend ; qui m’explique ; qui me rassure. Une femme qui saura réconforter les gens qui souffrent dans cet accident, s’il reste encore des vivants…

Et des images et des idées défilent rapidement dans ma tête. Si j’étais enfant de 3 ans qui vient de se blesser, j’aimerais entendre cette voix qui me dit : «Ça va aller !». Si j’étais en train de souffrir, à moitié conscient dans cette voiture complètement détruite, j’aimerais entendre cette voix me rassurer en disant : «Ça va aller !» Si je revenais d’une journée de travail désastreuse, j’aimerais qu’on me soulage en me disant : «Ça va aller !».

Ce matin, en me réveillant, j’ai entendu cette voix, cette nuit, qui m’a dit : «Ça va aller, merci !» et ma journée a bien commencé. L’intonation, le débit, la couleur, la chaleur de cette voix m’ont fait un grand bien.

J’ai l’habitude de penser aux policiers, comme bien des gens le font, en leur donnant des sobriquets pas toujours gentils. Parce que je pensais que leur travail ne consistait qu’à brimer la liberté des êtres humains, race dont ils ne faisaient pas partie. Mais cela, c’était avant de m’arrêter sur le bord de la route lors de cette nuit. Je me suis rappelé que j’ai une cousine policière, un oncle policier, un membre AA et ami policier. Qu’il y a une policière que j’aime bien à l’école secondaire où j’enseigne. TOUS des êtres humains, je l’avais oublié… Et moi qui me considère ouvert d’esprit, comme étant une personne qui entretient de bonnes relations humaines. Je me réveille ce matin, bouche-bée.

Je ne verrai plus JAMAIS la police de la même façon. Parce qu’une voix résonnera dans ma tête et me dira : «Ça va aller !».

Madame, Monsieur, vous faites un métier plus que noble et pour tout ce que j’ai pu dire ou penser des gens qui font ce métier, je vous dis à vous deux : «Merci de m’avoir ouvert les yeux ! Ça prend parfois des événements comme celui que j’ai vécu cette nuit-là, pour changer nos perspectives. Un événement qui n’était peut-être pas pour vous, le premier du genre, mais pour moi oui et ça m’a ouvert les yeux».

J’espère que vous avez pu dormir, manger, rire, vous amuser et vivre au lendemain de cet accident. Parce que moi, ce matin, je n’ai pas d’appétit… Mais ÇA VA ALLER, MERCI !

unevoix-lesyeux-640x357

Daniel-Nicolas Lapierre

Auteur: Daniel-Nicolas Lapierre

L’ADN, je l’ai reçu, comme tout le monde a reçu le sien. Mon ADN, je le partage avec le monde, le mien. Ajoutez le vôtre !

Partager cet article sur

16 Commentaires

  1. Merci Dan d’écrire avec ton coeur, tes tripes. C’est toujours pertinent et touchant. xx

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Merci Susie d’être venue me lire, de m’avoir laissé ce petit commentaire ! 🙂 xx

      Laisser une réponse
  2. Salut Dan, encore touchant ton texte. Comme Luce a écrit, je le voyais ce fim dans ma tête. C’est vrai qu’on les critique ces policiers mais je ne ferais pas leur travail pour rien au monde. J’ai une nièce qui est dans la Sureté du Québec et je lui lève mon chapeau.
    Merci et continue à nour émouvoir et nourrir de tes textes.

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Merci de venir me lire régulièrement Pépé ! J’aime écrire et de savoir que je suis lu, ça me fait du bien. Je continuerai à écrire, c’est sûr. 🙂

      Laisser une réponse
  3. My god Daniel ton texte est vraiment bien écrit je pouvais voir dans ma tête toutes les images passées comme dans un film et je te voyais toi aussi avec le souhait d’aider et je suis certaine que tu aurais tout fait pour aider. Restes comme tu es ,ne change pas et continue d’écrire !!!! Luce

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Je te remercie Luce ! J’écris pas mal toujours spontanément ce que je vis ou que j’ai vécu. Si les images sont là, j’en suis bienheureux. Repasse quand tu veux mon amie. 🙂 xx

      Laisser une réponse
  4. Tu textes solide le cosmique, franchement touchant et humain! Bravo pour ta franchise et ton humilité!! Peace

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Et jeune cosmique, merci beaucoup ! Peace certain. 🙂

      Laisser une réponse
  5. Bon texte Dan. Je reviens de New-York et du Memorial 911. Une pensée spéciale pour tout ces héros inconnus: Policiers, militaires, pompiers, etc. Continu d’écrire mon Dan. C’est toujours un plaisir de te lire.

    Laisser une réponse
  6. Encore un très beau texte touchant, j’aime beaucoup ta sensibilité Dan. Quand je t’ai connu, c’est ce qui m’a charmé de ta personne. Ton ouverture d’esprit face à la vie est reliée à tes expériences douloureuses. Merci de ton partage, t’as raison, policier est un métier noble et il ne faut pas l’oublier 🙂

    Je n’ai pas la voix de cette policière mais je te dirais avec la mienne <> je t aime beaucoup.

    Amitié sincère ! 🙂

    Laisser une réponse
    • Daniel-Nicolas Lapierre

      Merci de me lire et de me laisser des commentaires qui me font toujours du bien Alain. Je connais très bien ta voix et ta sincérité, le «je t’aime beaucoup» sonne très bien. Je t’aime aussi mon ami. 🙂

      Laisser une réponse

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *